Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Argentine
Date du message : 27/10/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Un lopin de terre dans la ville!

A la Colifata, nous avons rencontre Susana, psychologue et benevole pour l’association tous les samedi. Au debut de l’emission, chacun des participants doit se presenter. Nous sommes donc officiellement dans l’histoire de la Colifata et sommes donc psses a l’antenne... En fait, juste pour dire que nous voyageons a travers l’Amerique Latine et que cette belkle initiative nous sera inoubliable.

Comme Susana va bientot partir voyager sur son beau continent, elle est venue nous voir pour en savoir plus sur notre voyage et nous demander des conseils. Quel honneur de donner des conseils a une personne d’ici !

 

Comme il est difficile de discuter pendant une emission, elle nous donne rendez-vous le lendemain a « una huerta ». Ses explications sont breves et on n’en sait pas beaucoup plus sur le sujet. Nous irons quand meme le lendemain et nous ne le regretterons pas. Merveilles des voyages que de decouvrir des endroits, des initiatives, progressivement, par l’intermediaire d’autres lieux et d’autres personnes...

 

En y allant, nous allons apprecier la grandeur de Buenos Aires : il nous faudra plus d’une heure en bus pour rejoindre cette huerta, a l’autre bout de la ville.  Arrives dans le quartier, on se dit d’abord que ce doit etre un truc de bobo : beau quartier pavillonnaire, nous y voyons un gamin arborer le maillot de River Plate le jour du « superclasico » contre Boca Juniors, ce qui ici veut tout dire : River Plate est le club de la bourgeoisie, l’eternel rival des proletaires de la Boca.

Finalement, nous trouvons l’endroit. Au milieu de ces maisons bien rangees, c’est un eclat de verdure et de couleurs qui apparait sous nos yeux. Nous sommes tout de suite accueillis chaleureusement par les organisateurs, qui nous invitent a rentrer a l’interieur.

Une huerta est en realite une « recuperation de terres ». Comme les zapatistes ou les Sans Terre du Bresil, cette initiative est basee sur l’idee que « la terre appartient a celui qui la travaille ». L’originalite des huertas Argentines est que ces recuperations se font au milieu du beton, en pleine ville. Ici, c’est donc un oasis que des militants ont su creer progressivement. De doux dingues sans doute vu d’Europe, mais un beau symbole de la capacite d’initiative collective de cette Amerique Latine « d’en bas ».

Au depart, ce terrain appartenant a la municipalite etait en friche. Les initiateurs du projet l’ont donc investi, et ont commence par en faire un potager. Aujourd’hui, c’est devenu un projet integral : plus qu’un jardin collectif, c’est un lieu de commerce equitable, d’echanges de pratiques et de differents ateliers quotidiens : yoga, cuisine bio, musique, jeux de cirque, tai chi, medecine naturelle... C’est une vraie philosophie de vie qui se developpe ici, a l’ecart du tumulte de la ville.

Evidemment, ce n’est pas au gout de la municipalite, qui a deja tente de les deloger sans succes. Ce qui frappe ici, c’est a quel point des gens peuvent s’investir a 100% dans un projet qui, du jour au lendemain, peut s’arreter d’un coup. Et ils vivent tres bien cette precarite.

 

La journee commence par un repas partage. Probleme : nous n’avons rien amene, ne sachant pas ce qu’il fallait prevoir. Un organisateur nous rassure de suite : « ce n’est pas grave, vous venez avec vos idees et votre voyage. On veut eviter ici tout rapport d’argent. Alors, profitez de la bonne nourriture d’ici ». Et on en a profite ! Un repas succulent, fait en grande partie grace a la production du potager et du four a pain – au feu de bois evidemment...

La journee etait consacre au depart  a une reunion des huertas de la region de Buenos Aires. Cela nous a permis de decouvrir d’autres initiatives similaires aussi belles. Puis, il y eut un atelier « potager dans un cageot ». Ou comment commencer a cultiver quand on n’a qu’une terrasse. Ce fut reellement passionnant et nous avons pris plein de notes, pour appliquer ca a notre retour. Ensuite, une dame fit un cours de production de pommade medicinale, avant qu’une autre fasse une lecon de Tai Chi. La journee se termina en musique, dans la rue ou un atelier de construction de briques en terre cuite etait apparu. Nous quitterons les lieux dans cette ambiance festive, alors que tout le monde investissait la route de ce quartier bourgeois pour jouer et fabriquer joyeusement dans la boue.

 

En plus d’un projet des plus pertinents, une humanite se degage de tous les participants. Nous rencontrerons et discuterons avec beaucoup de ces militants, tout aussi interessants et interesses par les autres. L’ethique de vie qu’ils defendent commence ici par le contact social et le partage. Cette Amerique Latine la n’a pas fini de nous surprendre...


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]