Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Mexique
Date du message : 30/04/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Tout est bon dans le cochon, sauf la grippe

Bon, comme tout le monde en parle chez vous, on est bien oblige de commencer par ca: non, nous n avons pas encore attrape la grippe du cochon! En tout cas, vu les mails qu on a recu, la psychose semble plus importante en France qu ici, au Mexique. Les Mexicains que nous avons rencontré semblent bien mefiants par rapport a cette epidemie: ils pensent que c est encore une manipulation du gouvernement pour cacher les consequences desastreuses de la crise economique. Que ce soit vrai ou faux, cela denote quand meme la defiance qui existe ici face au systeme politique dans sa globalite… Il est vrai qu il y a quelques annees, le president en exercice avait pretendu qu etaient apparus au nord du pays des “Aliens”, qui sucaient les gens jusqu a la mort… tout ca pour cacher un enieme scandale de corruption… Alors, pourquoi pas profiter d une petite crise sanitaire?

Erika, la sympathique patronne de l auberge ou on logeait jusqu a hier a d ailleurs une version interessante:” je ne nie pas qu il y a effectivement une grippe porcine, mais qui sont touches? Les pauvres, ceux qui n ont pas les moyens de s acheter les medicaments pour se soigner. La vraie epidemie, c est la pauvrete”. En effet, comment expliquer qu  il n y eut a priori aucun cas mortel aux Etats-Unis et au Canada, d ou vient cette satanee grippe?

En tous les cas, nous sommes actuellement au Chiapas, un Etat ou – pour l instant – il n y a eu aucun cas avere. Et comme nous n avons pas pu trouver ces fameux masques geniaux anti-grippe, nous nous sommes resignes a nous acheter deux superbes foulards zapatistes, pour pouvoir se ballader en toute securite et avec une grosse pointe d ironie dans les rues de San Cristobal de las Casas, la ville ou les zapatistes sont traques…. Facon habile de soutenir une cause sous couvert de la sante publique…

 

Nous avons d ailleurs visite notre premier village zapatiste, un peu par hasard. A l entree, un panneau informe que le village est une communaute zapatiste. En haut, deux hommes montent la garde avec leurs fameux passe-montagne. Les voir pour la premiere fois, quand on ne s y attend pas, cela parait surrealiste et ces deux gars sont vraiment impressionants malgre leur petite taille. Nous avons essaye de discuter avec eux mais nous comprenons vite qu ils ne maitrisent pas bien l Espagnol: ici, les indigenes parlent le plus souvent dans leurs langues natales, une maniere aussi de resister. On entendra souvent, dans le bus, dans la rue, le tzotzil ou d autres langues traditionnelles, aux accents si caracteristiques. Le village en lui-meme est paisible et silencieux. Les gens cultivent ensemble les parcelles qui semblent communes. Nous aurons sans doute l occasion d en savoir plus car nous allons finalement pouvoir integrer le “Fray Bart”, une association de defense des droits indigenes en tant qu observateurs internationaux pendant deux semaines a partir de lundi. L objectif est de denoncer les violences ou les abus commis par l armee ou les paramilitaires dans les communautes zapatistes, qui devraient etre independantes selon les accords de San Andres, qui date de… 1996… Depuis, les zapatistes subissent continuellement des attaques, des provocations, dans le but de mettre le feu aux poudres et declencher une nouvelle guerre avec l armee Mexicaine. Pour ceux qui comprennent l espagnol, lisez si vous pouvez ce temoignage:

http://enlacezapatista.ezln.org.mx/denuncias/1576

On ne pourra pas le traduire, mais c est vraiment hallucinant. En gros, des envoyes du PRD, le soi-disant parti de gauche mexicain (!), sont venus pour detruire des canalisations montees par les zapatistes pour que le village n ait plus acces a l eau… D autres temoignages racontent l histoire d indigenes arretes par la police et accuses de divers malfrats alors que, ne parlant pas l espagnol, les pauvres bougres ne peuvent pas se defendre. Pour finir, evidemment, on leur fait signer de force une deposition qu ils ne peuvent pas lire….

 

 

En attendant, nous sommes alles dans un village proche de San Cristóbal: Chamula. On s en souviendra toute notre vie… Hallucinant…

Ce village est repute pour leur resistance heroique a l envahisseur espagnol puis a l evangelisation catholique qui a suivi. Cela a donne un melange original entre religion indigene et catholicisme. Le centre du village est l Eglise, qui est vraiment tres particuliere.. A l interieur, les bancs ont ete ranges sur les cotes pour degager l espace et y repandre des epines de pin, ce qui rend l endroit franchement plus douillet… Dans tous les coins, des centaines de bougies illuminent la salle. Et partout, des familles s installent pour faire eux-meme leurs prieres. Ils allument des bougies et sortent leur poulet pour faire une offrande sacrificiel. Venerant le soleil – ils pensent d ailleurs que Jesus, apres sa mort, est devenu une partie de l astre – ils boivent tous – meme des gamines de 5 ans, on peut temoigner – une eau de vie tres forte, le bien-nomme posch melange au… Coca-Cola, qui joue un role tres important car ses bulles renforcent l impression de chaleur dans le corps! Ce peuple a rejete les envahisseurs et leur religion mais ont garde deux de leurs profonds symboles: le Coca et Jesus…

 

Aujourd hui encore, le cure qui est designe pour officier dans la paroisse n ose meme pas venir: il est chasse par la population, qui chasse aussi les habitants, de plus en plus nombreux, qui se convertissent au protestantisme. Une atmosphere bizarre, ou pour ainsi dire tout le monde se bourre la gueule, surtout ceux charges de nettoyer la cire sur le sol et qui se font payer en verres de posch… Ces personnes sont aussi les “videurs” de ce lieu saint : on les a vu transporter un pauvre gars bourre qui s etait allonge sur le sol dans des prieres douteuses, chacun prenant une jambe ou un bras, comme dans les BD, pour le balancer dehors. Un endroit… rustre…

 

Pour revenir a cette fameuse grippe, depuis aujourd hui, tous les sites archeologiques sont fermes par prevention. Nous l avons su ce matin, alors qu on s appretait a partir a Palenque. Changement de programme: nous voici donc a Tuxtla Guttierez, ou nous avons ete accueillis tres chaleureusement par Zac, un ami d amis, Breton devenu professeur au Mexique. Lui et sa femme, Isis, nous ont vraiment accueilli comme des amis de toujours, nous balladant dans tous les coins sympas autour de la ville. L hospitalite bretono-mexicaine ne se dement pas…

 



Etapes :
San Cristóbal de Las Casas

Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]