Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Mexique
Date du message : 03/04/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Real de catorce

 


On est arrives samedi soir a Real de Catorce, sous les conseils de Caroline et de Nico. C est un village mystique perdu en plein desert, dans un vrai decor de Far West. En y arrivant on a vraiment l impression que c est une cite abandonnee : en plein apres-midi, il y regne un silence mysterieux; dans les ruelles, on entend que le vent siffler. On s attend vraiment a ce qu un cowboy sans peur et sans reproche debarque... Il faut dire que le moyen de locomotion le plus courant ici reste le cheval. D ailleurs, en arrivant samedi soir, le bus nous a laisse devant le tunel de 3 km qui amene a la ville et on a du prendre une carriole pour le traverser.

C est ici qu a ete tourne le film "Le Mexicain" avec Brad Pitt et Julia Roberts pour ceux qui connaissent (nous on ne l a pas vu). En tout cas, ce film a donne une notoriete inattendue a ce village : si en 2000, il n y avait qu un hotel dans la ville, aujourd hui on en compte une bonne quinzaine. De plus, les boutiques de souvenirs se sont multipliees a tel point que dans cette periode creuse comme ces temps ci, il doit y avoir 4 boutiques pour un touriste!

Le dimanche matin, deux Mexicaines viennent nous accoster dans notre hotel. Elles nous proposent de se rendre avec elle dans le desert pour passer la nuit. En fait, elles ne sont pas rassurees d y aller seules et voient en la compagnie de Gwendal un garde du corp de fortune. Pour nous, c est une opportunite de decouvrir l endroit avec  des Mexixcaines. En fait, ce desert est repute pour le Peyotl, le cactus hallucinogene des chamanes - qu on avait goute lors de notre ceremonie, voila, c est dit - et beaucoup de gens s y rendent pour y faire la fete. Nous y allons dans l apres-midi. Les deux Mexicaines, qui sont soeurs, nous avaient vendu la chose en nous disant qu on allaity visiter une hacienda dans le desert. Finalement, notre guide nous lachera dans le desert on nous montrant comment reconnaitre le Peyotl. C est clair, pour elles, leur seule motivation etait de se defoncer la tete et elles n ont pas hesite a nous mentir pour nous y amener. Ce sera finalement une rencontre tres peu interessante : elles nous montreront toute la journee a quel point notre pauvre espagnol s avere penible pour elles, repetant les phrases syllabe par syllabe comme un instite ferait a un gamin. On peut vous dire que ca passe l envie de communiquer!

Le plus marrant, c est que ce sont elles qui ont mal compris les explications du guide : elles avaient compris qu il fallait manger un morceau de Peyotl et attendre une heure pour voir l effet. Ironie du sort, il fallait en fait en manger trois en une heure et c est elles qui ne comprenaient meme pas leur langue natale! Au final, le Peyotl ne nous aura pas fait grand effet. La plus jeune d entre elles fera la gueule toute la soiree, son ainee la passera a la consoler, et nous a cote, on boira tranquillement des bieres. Ambiance... Finalement, on comprendra que ce sont deux filles de la capitale, avec un ego surdimensionne. Elles n auront meme pas profite du formidable coucher de soleil dans l etendue desertique, prostrees par terre a ecouter leur Ipod. Deuxieme rencontre desagrable de la journee: au coin du feu, Gwendal tombe nez a nez avec un scorpion, le premier du voyage. Conmme on devait dormir dehors, elles vont quand meme accepter qu on squatte leur tente deux places. A quatre la dedans, la nuit fut particulierement courte.

Au retour, le lendemain, nous rencontrons Lalo, que notre chauffeur prend en stop. Grand et maigre, le regard joyeux et un anneau dans les narines, il fait vraiment baroudeur. Nous lui conseillons de nous suivre a notre hotel, le moins cher du village, ou il reussira a negocier la nuit a 100 pesos comme nous. Lui aussi a passe la nuit dans le desert, une nuit beaucoup plus mouvementee: il nous racontera ses hallucinations, voyant des coyotes, des cadavres dans le ciel etoile, revant de sexe et sentant des serpents virtuels lui passer dans le dos. Il sentiot comme de l electricite passer dans son corps, le tenant eveille jusqu au petit matin. Dessinateur dans l ame, il fera des croquis de ce qu il croyait voir... Franchement, ca ne donnait pas envie et on fut bien content de ne pas avoir eu les memes effets. Pour les chamanes, les hallucinations revelent le caractere interieur de la personne pour la purger des mauvaises ondes. On comprendra vite que Lalo est un ecorche vif.

Nous passerons une journee tres agrable en sa compagnie. Lui aussi est parti pour traverser l Amerique Latine mais... a velo!  Manque de pot, au 400eme km, son genou le lache pour un temps. Pas du genre a se prendre la tete, le Lalo abandonne sa bicyclette pour un temps et fait un tour a pied, le temps que sa jambe soit retablie. Chilien d origine, il a vecu trois ans a Barcelone, passant de squat en squat. Sans papier, il nous racontera sa vie "limite parano" a eviter la police et ses controles de papier. Il nous apprendra a quel point la vier de squatter n est pas de tout repos dans une ville conmme Barcelone. En effet, les riches proprietaires rachetent des immeubles desaffectes sans les reamenager pour entretenir la speculation immobliere. Quand la richesse rend con... Ces speculateurs vont meme jusqu a payer des Tziganes pour aller taper les squatters qui viendraient occuper ces habitations qui ne servent a rien. Ainsi, dans ce monde, des vagabonds jouent aux forces de l ordre face a d autres vagabonds...

Nous sommes restes discuter quelques heures sur la place du village, en partageant quelques bieres. On renconbtrera grace a lui les "petits voyoux" du coin, venus au depart nous reclamer de l argent et qui resteront scotches sur les inombrables tatouages de Lalo qui semble avoir l habitude des gosses, jouant le grand frere pacifiste. On s est promis d essayer de se revoir dans un autre pays, lui a velo, nous a pied. Chic type, belle rencontre...

 



 


 

 

 




Etapes :
Catorce

Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]