Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Mexique
Date du message : 21/04/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Oaxaca la rebelle

Un soir dans un bar, un type se confie a Gwendal:”ici a Oaxaca, on est proche de l explosion. Apres 2006 et la revolte, il y a comme une chape de plomb qui nous empeche de nous exprimer. On a un gouvernement de merde mais on n a plus  qu a attendre et se taire…”

Ce besoin de se confier a un etranger est assez symbolique de ce qui se passe ici. En 2006, suite a des revendications du syndicat des enseignants, une revolte incroyable, qui a touche toutes les classes de la population, a explose: on a compte plus de 3000 barricades dans ce qu on a alors appele “la Commune de Oaxaca”. Le gouverneur de l Etat a ete contraint a l exil et une assemblee populaire a vu le jour pour gouverner autrement, “gouverner en obeissant” comme ils disent ici. Finalement, la revolte a ete matee dans un bain de sang, avec plusieurs dizaines de morts, par un gouvernement qui a une peur bleue que les revendications zapatistes du Chiapas s etendent a tout le pays…

Arrives ici, nous avons ete, candides, demander a la bibliotheque s il n y avait pas “des ouvrages sur les evenements de 2006”. La reponse a resonne comme un symbole: “des evenements? Quels evenements?”… Pourtant, les murs ne trompent pas et ont la parole: on sentait bien que la revolte n etait pas terminee.

Apres quelques jours dans une auberge de jeunesse super sympa, ou nous avons rencontré plein de gens interessants – entre autres un Canadien parti de Vancouver a velo, 16000 km au compteur… - nous avons decouvert un local autogere par un collectif militant et alternatif qui s est constitue suite a la Commune de 2006. Doña Luz, la “maman de la maison” comme elle s appelle elle-meme, nous a fait la visite des lieux et nous a explique les racines du mouvement. Ce local sert de point de rendez-vous a toutes les communautes de l Etat de Oaxaca et une dizaine de personnes vit dans ce lieu. Dans cette atmosphere anarchiste, chacun a un role et loin des caricatures vehiculees ici ou la, la discipline regne. Doña Luz fait la cuisine pour le restaurant qui propose des tarifs les moins chers de la ville. En haut, un petit jardin voit le jour ou commencent a pousser les premieres tomates. Un gymnase est aussi en construction et mieux, une piece va etre devolue a des consultations medicales gratuites, faits par des medecins engages dans le mouvement. Il y a egalement une petite boutique ou sont vendus des sacs et des hamacs faits par les prisonniers politiques, incarceres sans jugement depuis 2006. C est un lieu rempli d espoir, qui fait un bien fou et qui nous fait dire que d autres mondes sont possibles.

Nous avons naturellement propose nos bras pour filer un coup de main au developpement du lieu. Finalement, nous y sommes reste pour dormir… Celine a appris a faire des bracelets et Gwendal s est mis a la soudure pour fabriquer les instruments de musculation. A son grand regret: aujourd hui, son oeil fragile le fait souffrir… Il aurait du s en douter mais dans l euphorie, on ne pense pas a tout. La muscu, c est vraiment pas fait pour lui…

Les belles rencontres se sont succedes ici et on ne pourra pas mentionner tout le monde. Neanmoins, Israel le mal-nomme nous a impressionne: sous ses allures placides, il nous explique tranquillement le travail qu il fait dans le mouvement indigeniste dans la campagne de Oaxaca. Avant de nous reveler, au detour d une anecdote, qu il a mange a la meme table que Carlos Slim, un des hommes les plus riches du monde. Etonnes, nous lui demandons comment: “en fait, je suis infiltre dans le gouvernement pour pecher des informations pour le mouvement alternatif. Je squatte ainsi les rendez-vous mondains pour la bonne cause… En 2006, j etais present a la chambre des deputes et je photocopiais toutes les decisions importantes pour les refiler au mouvement insurectionnel”. Une double vie impressionnante.

Cette ebullition sociale est revelateur d un pays ou toute la classe politique est corrompue et ou les gens s organisent pour creer une alternative, souvent en relation avec les traditions indigenes, et ou l espoir, malgre tout, est vivace… Chapeau…

A part ca, nous avons aussi visite les montagnes de Oaxaca, dans un petit village perdu mais tellement beau, Capulalpan. Nous avions connu ce lieu par un article de journal et avions decide d y aller. La-bas, pas un seul etranger, un calme reposant et une nature luxuriante, qui nous a fait du bien apres les etendues desertiques. Nous en avons profite pour faire du VTT, pour notre plus grand plaisir, mais avec un peu de mal pour Celine, qui a senti passer les 2200 metres d altitude… Un soir, alors que nous regardons des ados jouer au foot sur le terrain en face de l eglise du village, une fille s approche vers nous et nous demande timidement si on veut participer au match. Gwendal n attendait que ca… Dans ce match d anthologie, l equipe de Gwendal gagne finalement 6-4 contre celle de Celine. A donf…



Etapes :
Capulalpan

Note: 4/5 - 1 vote(s).

Syndication :

Par Erwan

le 25/04/2009 à 21:46:08

On est de plus en plus nombreux à se passer l'adresse du blog le plus passionnant du moment. Message urgent de Patrick (le tonton) transmis par Erwan (an tad). Si vous allez au Chiapas et rendez visite à la communauté des Chamoulas, "diwallit!" (dixit P. qui s'y est aventuré): pas d'appareil photo ni camescope. Ils deviennent fous furieux s'ils les voient... Kalon vat deoc'h, ha gourc'hemenoù

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]