Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Nicaragua
Date du message : 11/06/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Nicaragua, Nicaraguita...

Fascinant pays que le Nicaragua. Comme souvent, l histoire explique pas mal de choses. Et celle du Nicaragua fut mouvementee. En 1979, une guerilla se souleve contre le regime dictatorial en place, soutenu (evidemment) par les Etats-Unis. Ils se revendiquent de Sandino, un personage du debut du 20 eme siecle qui n avait rien d un revolutionnaire mais voulait simplement l independance de son pays face aux Etats-Unis. Pourtant, la revolution sandiniste se reclame ouvertement du marxisme. Les sandinistes prennent le pouvoir et rompent evidemment l ultra-dependance du pays vis-a-vis de l Oncle Sam pour se tourner… vers l URSS qui avait les pieds serieusement argileux a cette epoque. Evidemment, Reagan et ses copains ont alors une peur rouge d un deuxieme Cuba a leur porte et organisent la riposte: une armee de mercenaires, nommes contras (pour contrarrevolucionarios) vont investir le pays et mener une guerre sans merci face aux sandinistes, n hesitant pas a decimer les villages, assassinant sans vergogne femmes et enfants. La guerre decima le pays et le laissa en ruine au debut des annees 90, ou les premieres elections democratiques mirent fin pour un temps au regime sandiniste.

 

Dans ce contexte, un etranger ici est tout de suite percu comme un Americain et est hai pour cela. Souvent, en se balladant dans la rue, nous entendions des gens imitant le sifflement de balles ; deux pour bien comprendre que c etait pour nous. Tant que ce ne sont pas des vrais, inutiles de se retourner mais cela denote de l atmosphere qui regne pour des etrangers comme nous.

Evidemment, ce n est pas un cas general et nous avons egalement fait de belles rencontres. A Managua, nous avons ainsi ete mange dans un resto ouvrier, tenue par Tina, un sacre bout de femme, militante jusqu au bout des ongles. La premiere question qu elle nous pose est d ailleurs symbolique: “alors, vous aussi, vous etes des proletaires? ”. S en suit une discussion, ou elle nous raconte son engagement dans les annees 80, donnant des cours d alphabetisation pour les adultes benevolement. Aujourd hui, le combat continue pour Tina vu que Daniel Ortega, le leader des sandinistes a repris le pouvoir democratiquement depuis deux ans – signe sans doute que le regime sandiniste ne devait pas etre aussi horrible que ce que decrivaient les Etats-Unis. En meme temps, comme le Parlement n est pas a majorite sandiniste, le pays est un peu le cul entre deux chaises, pas completement dans le monde capitaliste mais pas revolutionnaire non plus. Et pourtant, Tina est convaincu de continuer la revolution, avec une dose de mauvaise foi: “avant, il n y avait pas d electricite 8h par jour. Aujourd hui, on l a tout le temps!”. Une demi-heure apres, il nous etait impossible de nous connecter a internet: toute la ville subissait une coupure de courant sans doute pas exceptionnelle vu la reaction des autochtones…

 

Le cul entre deux chaises, donc, mais, passez nous l expression, serieusement dans la merde… La misere est sans doute plus voyante que les autres pays qu on a visites. Cela se voit notamment dans les bus, ou, dans l attente interminable du depart, les mendiants en tout genre se succedent. Un type de 27 ans qui a le cancer mais pas d argent pour payer ses medicaments, suivi d un aveugle qui, après avoir fait mille efforts pour monter dans le bus, nous joue un aire de guitare…

 

 

Mais le Nicaragua, c est aussi un patrimoine naturel exceptionnel. Apres avoir visite deux villes, nous sommes partis pour la Lagune d Apoyo, ou, coup de chance, nous allons etre heberges Dans un centre d etudes pour scientifiques. Eric Van den Berghe, un des responsables du site, nous explique toute la richesse naturelle du lieu: “ici, la faune et la flore est aussi riche qu au Costa Rica mais il y a toujours cette croyance chez les scientifiques que le Nicaragua est uin pays en guerre. Alors, personne ne vient etudier ici et c est une chance pour le petit groupe que nous sommes”. Ainsi, alors qu au Costa Rica, les scientifiques se battent pour etudier un type particulier d une espece, Eric decouvre presque tous les jours de nouvelles especes. Apres avoir decouvert 50 nouvelles sortes d orchidees (sur 600, quand meme), il s est mis aux poissons… et explore la lagune en plongee sous marine avec son equipe. D ailleurs, un livre doit sortir depuis deux ans sur ses orchidees: “le probleme, c est que le gouvernement veut mettre en preface une apologie du sandinisme, et comme mon bouquin est finance par la Cooperation Americaine…”. Quand la politique s invite dans la science…

 

Un sacre bonhomme ce Eric. Il a volontairement mis en place ce systeme d auberge a l interieur du centre, “pour que les visiteurs puissent discuter avec les scientifiques,  ouvrir le dialogue souvent ferme entre le milieu scientifique et le reste de la population. On est des gens normaux, peut-etre un peu obsedes par nos recherches, simplement”.

 

 

 

En tout cas, cet arret dans cette lagune fut un moment de calme et de serenite pour nous, seulement perturbe par les seuls restaurants du coin, qui crachent leur horrible musique occidentale a partir du debut de l apres-midi. Pour continuer sur ce rythme “nature”, nous avons encuite ete sur l ile Ometepe. Une ile extraordinaire, avec ses deux volcans et une nature luxuriante. Pour le coup, nous avons marche. Plus de 8h de marche dans la jungle, sous une chaleur humide impossible, pour atteindre l interieur d un volcan eteint, ou un lac s est forme a l interieur et la nature a pris le dessus. Une ballade physique mais un bien beau cadeau pour l anniversaire a Celine. Pour finir, nous avons grimpe le lendemain jusqu a une cascade gigantesque, le seul coin de fraicheur de tout le Nicaragua sans doute….

 

 

 

On voulait aussi profiter de ce message pour vous faire partager un peu notre quotidien. Nous avons decide de nous passer volontairement du guide du Routard ou de ses generiques. Chaque soir, il nous faut trouver l auberge la moins chere pour dormir, ce qui est sans doute eprouvant et prend plus de temps, mais on a ainsi vraiment le sentiment de construire seuls notre voyage. On decouvre donc toute sorte de dortoir, et on est souvent des milliers a dormir dans la meme piece si on compte les insectes... Le lendemain, nous sommes reveilles par des poules qui se balladent dans les couloirs. Et quelquefois, lorsque les restos sont trop chers pour notre petit budget, c est soiree Corn Flakes dans la chambre… Voici quelques photos, pour ceux qui nous imaginent les pieds en eventail en train de siroter une Piña Colada au bord de l eau…

 

Vous l avez sans doute remarque, le rythme s est accelere pour nous. Les pays s enchainent... Ou sera-t-on au prochain message?

 

 

 

 



Etapes :
Moyogalpa

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Nico

le 12/06/2009 à 12:07:42

Salut, Salut,

Pour completer ce carnet de voyage, je vous recommande le film "Voces Inocentes" sur la guerre civile dans les années 80 au Salvador.Je crois qu'il exprime bien ce qu'ont vecu les populations civiles en Amerique Centrale entre Paramilitaires pro-US et guerilla marxiste.

Pour la prochaine destination, je vous verai bien sur le dos d'une tortue aux Galapagos.

Que le vayan bien.

Nico


Répondre à ce commentaire

Par gaidig

le 13/06/2009 à 22:27:35

Bon ben bon anniversaie célne avec du retard!
Avez-vous vu que Selma est sur Daily Motion en train de feuilleter des cartes postales de Gwendal et Céline! J'ai halluciné.

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]