Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Colombie
Date du message : 23/06/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Maravillosa Colombia

Voila dix tours que nous sommes en Colombie. Pas de Farc en vue, pas de paramilitaires, pas d enlevement non plus et un pays fascinant et magnifique. Sans hesiter, la plus belle surprise de notre voyage et peut-etre de notre vie…

 

Apres etre reste deux jours dans cette cite mythique de Carthagene, nous avons pris la route vers le Nord Atlantique du pays. A cote de Santa Marta, ville touristique par excellence, s etend la somptueuse Sierra Nevada, la chaine de montagnes cotiere la plus grande du monde. Nous avons donc  commence par visiter le Parc Tayrona, une reserve ecologique admirablemente conserve. Le parc vous emmene dans une jungle qui se termine majestueusement par une plage paradisiaque, apres une randonnee d au moins trois heures… Aucune route ne permet d acceder a ses plages et la seule maniere d y arriver se fait par la force des mollets. On ne savait pas trop a quoi s attendre et nous avons ete emerveilles. La plage etait absolument deserte, entouree de palmiers, avec la jungle au pied du sable et plus haut, les montagnes. Nous ne sommes pas trop dans le trip “plages paradisiaques” mais on doit dire que la… Malheureusement, une fois arrives, il nous a deja fallu repartir: la nuit tombe tot ici et il fallait rentrer avant de se perdre dans une jungle noire. Des le 3eme jour de notre periple Colombien, nous avons donc deja decide d y retourner un jour…

 

Nous avons compris rapidement que la Colombie est un pays admirablement conserve paradoxalement “grace” a la violence qui regne dans le pays depuis plus de 50 ans. Il y a peu de touristes ici et il n apparait pas rentable de construire des routes pour egorger la nature. Le parc Tayrona est ainsi gere sur les conseils du WWF, dans le respect des ecosystemes. L organisation ecologiste fait surement du bon travail mais a Santa Marta, un panneau a l effigie du celebre Panda illumine la grande avenue touristique la nuit… Chacun fera sa propre opinion du marketing ecologique…

 

Nous n en avions pas fini avec les belles surprises: le lendemain, nous sommes partis pour une expedition de 6 jours pour la “Ciudad Perdida”, la Cite Perdue. Une cite vraiment perdue, au coeur de la jungle de la Sierra Nevada. La preuve, il faut trois jours de marche pour y acceder. Elle fut construite par les Tayronas, une ethnie absolument fascinante, consideree comme la plus avancee a l epoque. Cette cite servait aux ceremonies et etait egalement le lieu d apprentissage des futurs chamanes, qui le devenaient apres un long aprentissage – ou il leur fallait notamment rester une dizaine d annees dans l obscurite totale ; y a le temps de mediter…

Les Chamanes etaient les chefs spirituels de ce peuple qui ne possedaient sinon aucune hierarchie. Ils vivaient du troc, aides par les fabuleuses ressources naturelles a disposition: les Tayronas de la jungle echangeaient ainsi leurs fruits et legumes contre le sel et du poisson recoltes par les Tayronas de la mer.

Le peuple tayrona est egalement un symbole trafique du devenir de ces cultures indigenes. Le lieu a ete abandonne lorsque les Tayronas ont appris le debarquement des Espagnols. Ils ont eu cette intution incroyable que ces conquerants allaient piller leur culture et les reduire en esclavage et ont donc prefere disparaitre dans la foret…

 

Nous sommes donc partis avec un groupe de 10 personnes dont la moitie – une chance – etait Colombien. Un autre groupe, parti en meme temps que nous etait compose uniquement d Anglais et d Americains, plus un Mexicain, Pablo (super mec), qui etait le seul a parler Espagnol… Nous avons donc marche pendant trois tours dans cette jungle superbe, logeant le soir dans des campements spartiates mais avec des douches et des toilettes quand meme… Une fois partis, nous avons appris qui l y a 6 ans, un grou`pe de touristes s etait fait enleve par une des guerillas du pays, l ELN… Un des membres du groupe, un Anglais, s etait echappe, se perdant ensuite 6 jours dans la jungle. Ses collegues sont reste 6 mois en captivite… Depuis, le site est garde par des militaires et tout risque semble eloigne.

 Nous avons pu decouvrir aussi a quel point le president de la Republique, Alvaro Uribe, a l origine de la securisation du pays, est apprecie par son peuple, malgre une obsession securitaire et militaire qui passerait Sarkozy pour un enfant de choeur… “Il y a 5 ans, nous dit Carlos, un des Colombiens du groupe, on ne pouvait pas circuler sur les routes de notre pays. A tous les coins de rue, le danger etait palpable”. Depuis, les choses se sont arrangees, par la force. Pourtant, la pauvrete n a pas diminue et on doute que le pays s en sortira sans regler le probleme a la base de tant de violence. Dans un resto populaire de Carthagene, une dame etait venu nous demander si elle pouvait prendre les restes de notre assiette lorsqu on avait termine notre repas. On a evidemment accepte et on a vu une lueur de joie dans ses yeux, nous remerciant en nous faisant des bisous avec sa main. “Merci, merci, j ai de quoi manger ce soir, c est formidable!!”. Nous sommes reste sans voix. Quelle lecon de vie… Certains n ont pas cette force morale et preferent detrousser les touristes pour nourrir leur famille. En toute honnetete, a leur place, dans cette misere noire, cotoyant une richesse exuberante, que ferions-nous? Qui seme la misere recolte la colere, disait l autre. Et si une guerilla aussi immorale et violente que les FARC continue a enroler des pauvres gens aujourd hui, il y a bien une raison…

 

Sur le trajet vers cette cite mythique, nous avons eu la chance de croiser les habitants de cette Sierra Nevada, desendants des Tayronas, les Koguis. Ce peuple a ete decrit superbement dans un livre, “le chemin des 9 mondes”, ecrit par Eric Julien, un journaliste tombe malade dans la Sierra et qui a ete recueilli par ce peuple. Nous avons ete impresionnes par la force spirituelle de ce peuple, qui perpetue leur culture ancestrale en osmose avec la nature et leur lieu de vie. Aujourd hui encore, ces Koguis n ont presque pas de relation d argent et vivent en complete autarcie, dissemines dans la Sierra. Ils ont demande, en vain, de recuperer leur Cite Perdue mais ont quand meme obtenu, chose exceptionnelle, que les fouilles cessent. Des tresors, dans tous les sens du terme, existent encore en quantite incroyable 6 pieds sous terre de la Cite

Nous avons pu discuter avec Alicia, une femme Kogui, qui maitrise l Espagnol a peu pres autant que nous… Nous lui avons demande comment se passaient les accouchements dans la jungle, a 5 jours a pied du premier hopital qu ils ne verront de toute facon jamais: “Quand je commence a perdre les eaux, nous raconte-t-elle, je vais marcher, et ca vient tout seul”. Une experience qui ne l a apparemment pas traumatise: “j ai 8 enfants. Et je veux en avoir 10!”. Comme dans beaucoup de lieux sur Terre, la seule facon d avoir une retraite – c est a dire de quoi manger lors de ses vieux jours – est d avoir une descendance.

 

Apres trois tours de marche, nous voila arrives au bord d une enieme riviere a traverser. En face, un decor incroyable: au milieu de cette jungle et au bord de cette riviere apparait comme par magie un escalier en Pierre. La Ciudad Perdida est la, tout en haut. La-bas, nous avons pu sentir l extraordinaire energie du lieu, protege par de majestueuses montagnes, d ou sortent des cascades d eau pure. Tous les elements naturels sont reunis ici.

Une energie que doivent sentir les animaux. Au retour, nous avons rencontré un chien. Notre guide, Edwin, nous explique que ce chien accompagne depuis des annees les randonneurs vers la Cite Perdue. C est donc un chien abandonne mais ce qui est extraordinaire, c est qui l est en tres bonne sante, le poil luisant, contrairement a tous les chiens d ici, affreusement squelettiques et manges par les puces. Ce brave chien puiserait-il sa force dans ce lieu? On est vraiment en droit de le penser…

 

Nous n oublierons jamais non plus ce retour. Le premier jour, une pluie diluvienne s est abattu sur nous. Quand on dit diluvienne, c est qu on a compris ce que cela signifiait… Edwin semblait inquiet et nous demandait d accelerer le pas. Il avait raison: en une Demi-heure, le chemin que nous descendions est devenu un torrent de boue, completement impraticable. Toute l eau descendait vers la riviere dont le niveau augmentait a une vitesse foudroyante. Arrives a la derniere riviere a traverser, alors que les premiers avaient pu la traverser, Edwin nous arrete. Impossible de la passer dorenavant, elle est en furie et le courant est beaucoup trop violent. Il nous montre alors une sorte de telepherique accroche a un rocher, a 10 metres du vide. Un telepherique en bois, pas vraiment la securite maximale. Il designe Gwendal pour “tester” la machine en premier, lui repetant:”c est dangereux, hein, attention, c est dangereux, accroche-toi bien”. On saura par la suite que Rod, un Americain de notre groupe, lui avait demande a l aller, quand il faisait beau, s il pouvait l emprunter. Edwin lui avait repondu: “non, c est pas possible, c est reserve aux Koguis; ils sont petits et legers, pour nous, c est trop dangereux….”. Une dose d adrenaline et un souvenir inoubliable… Plus de peur que de mal, tout le monde empruntera le telepherique local sans encombre.

 

Cette aventure confrontee a la force incroyable de la Nature montre a quel point, ici, c est elle qui decide. Elle montre aussi le vrai visage des etres humains… Comme ce Gallois, rugbyman et bourrin – euphemisme? – qui depassait tout le monde en les eclaboussant pour etre prem´s sous la douche, laissant ses copines loin, trres loins derriere. L une d elle aura la peur de sa vie: elle sera laisse toute seule dans la jungle en furie, oublie par des guides pas trop pros pour le coup. Elle derapera sur un rocher et glissera dans le vide, se rattrapant de justesse aux branches. Repeche par Edwin avant que la riviere ne l emporte, elle rentrera 3 heures apres tout le monde, en pleine nuit et en pleurs. Son copain rugbyman, un homme, un vrai, n ira meme pas la reconforter…


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par Davide

le 23/06/2009 à 23:05:18

De plus en plus passionant... continuer a nous faire rêver! bisoux bretons

Répondre à ce commentaire

Par grand jé

le 24/06/2009 à 10:45:14

ça c'est magnifique! quelle est belle la nature quand elle n'est pas touché par les mains de l'homme!

Répondre à ce commentaire

Par alainanthomanuetonio(copainmanue)laetitiamariaaureliefredjeanmarx(copain aurélie)

le 27/06/2009 à 00:18:22

salut à toi, salut à vous. Bon, tu nous manques. Je fais la fête avec Antho, c'est top, depuis le temps!!!!! Je passe la parole à antho, the king of barça (mickael jackson is dead)
Ouaich Ouaich gros !!!
Que carjo !!! j'ai fais la taupe cet hiver et du coup j'ai raté le départ de mon poto... sache que je pense à toi en vivo de Langouët chez Aurélie la abuela de l'adie... Bueno... j'entends une bouteille se déboucher... que lindo ruido... la musica redémarre... je me remémore les moments dans le barrio gotico... entre nostalgia y felicidad... un abrazote y un monton de buenas ondas !!!!

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]