Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Bolivie
Date du message : 17/09/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 De Potosi a Sucre

“Un jour, le monde devra demander pardon a Potosí” a ecrit Eduardo Galeano dans Les veines ouvertes de l’Amerique Latine. Il avait mille fois raison. Aujourd’hui, quand on se rend a Potosí, on est frappe par cette pauvrete et la rudesse de la vie, qui se lit sur chaque visage. Pourtant, de majestueuses eglises et monuments sont les preuves vivantes de la splendeur passee des lieux. Il y a 4 siecles, Potosí etait le centre du Nouveau Monde, grace a sa montagne, le bien nomme Cerro Rico (“colline riche”), d’ou sortaient tous les ans des tonnes d’or et d’argent. Les colonisateurs profiterent evidemment sur place de cette manne merveilleuse: ils firent construire des eglises magnifiques, dont l’interieur etait pave d’or et d’argent, faisaient venir d’Europe les denrees les plus rares, et meme les operas les plus prestigieux du Vieux Continent faisaient ce long deplacement pour se produire ici. A l’epoque, l’expression “vale un Potosi” (“ca vaut un Potosi”) traduisait l’extreme richesse de quelqu’un ou de quelquechose.

Pourtant, l’immense majorite de la richesse qui sortait de cette montagne partait directement alimenter les coffre-forts Europeens. Pas forcement de la Couronne Espagnole d’ailleurs, qui profita de cette rente pour devenir de simples importateurs des produits des industries anglaises, francaises et neerlandaises. On estime ainsi que grace a Potosí uniquement, les reserves d’or et d’argent du Vieux Continent ont ete multiplies par 3.5… Plus qu’un symbole, Potosí est la preuve par a+b que le developpement capitaliste de l’Europe s’est fait sur le pillage des ressources naturelles des autres continents. Les heritiers de ces “conquistadors”, aujourd’hui brillants conseillers au FMI ou a la Banque Mondiale peuvent se lamenter sur ces peuples indigenes d’Afrique et d’Amerique “incapables de se developper”: c’est l’histoire du voleur qui reproche a ses victimes de ne pas etre aussi cyniques que lui…

 

A l’epoque, la richesse a Potosí n’etait pas pour tout le monde, evidemment. Des indigenes etaient extirpes de leurs familles, parfois a des centaines de kilometres de la, pour aller travailler bien souvent jusqu’a la mort dans cette montagne infernale. Il ne s’agissait pas d’esclavage mais les pratiques etaient aussi cyniques: les proprietaires des mines faisaient notamment gouter volontairement de l’alcool a 96 degres a ces indigenes alors pas habitues a l’alcool. Ce breuvage soulageant les souffrances physiques et mentales du travailleur epuise, il s’en resservait pour oublier. Le lendemain, le patron n’oubliait pas de montrer a ces exploites a la gueule de bois l’ardoise laisse la veille, qui correspondait a plusieurs jours de travail. Evidemment, le processus devenait un cercle vicieux…

Aujourd’hui, et c’est bien le plus tragique, c’est que cette exploitation continue, dans des conditions pas vraiment meilleures. Celine et la Reum ont pu visiter une mine, pendant que Gwendal purgeait sa souffrance a lui – rien a voir avec celle de ces malheureux, mais peut-etre etait-ce un sentiment de compassion exacerbe?

 

Elles ont pu se rendre compte des conditions de vie a l’interieur de la mine. Pour tenir, les mineurs se dopent a la coca et a l’alcool a 96 degres. Triste heritage de leurs ancetres… Dans cette atmosphere pesante, ou le visiteur, qui ne travaille pas, a du mal a respirer, Celine discute avec ce qu’elle prend pour un ancien. “Quel age as-tu?” lui demande-t-elle. Elle ne peut croire a la reponse: “j’ai 25 ans et ca fait 5 ans que je travaille ici”. Le pauvre homme en parait 50 et a le visage marque a vie. Le Cerro Rico mange ses mineurs: au bout de 15 ans dans ses entrailles, le mineur ne peut plus travailler. A 50 bolivianos par jour (5 euros) pour 13 heures de travail, ces mineurs ne le font pas par plaisir: Potosí-la-riche a laisse la place a la region la plus pauvre de Bolivia, pays le plus pauvre d’Amerique Latine. Ses eglises, symboles de sa prosperite, ont aussi ete pillees. A Potosí, on se rend vite compte des veines ouvertes de l’Amerique Latine…

 

Le contraste avec Sucre, qui ne se trouve qu’a trois heures de route, est flagrant. Sucre est l’ancienne capitale de la Bolivie et s’auto-proclame toujours ainsi. La bourgeoisie de Sucre n’a pas supporte que le gouvernement s’exile a La Paz…. Pour compenser, la municipalite fair mille efforts pour faire de cette ville la plus belle du pays. Comme a Arequipa, tous les edifices, majestueux, sont blancs, synonyme de purete ici. Nous, on prefere decidement la couleur, et on preferera largement les couleurs, meme delavees de Potosí. Aussi, Sucre veut s’europeaniser: plusieurs jardins parfaitement entretenus jalonnent la ville, des jardins a la Versaillaise, ou des tonnes d’eau sont gaspilles pour en faire un ville “verte” – qui n’a rien a voir avec une ville ecologique…

A Sucre, nous aurons la chance de tomber la semaine du grand carnaval, en l’honneur de la Vierge de Guadalupe. Si la plupart des fetes en Amerique Latine sont de nature religieuse, les participants ne s’embarassent pas toujours de recueillement exagere. Ici, le carnaval est un symbole de la ville, et l’occasion pour tous les habitants de se lacher.

Comme l’evenement central est un defile de danses traditionnelles, nous avons eu le bonheur d’assister a une dizaine de repetitions en meme temps, tous les soirs, dans le principal parc de la ville. Une ambiance exceptionnelle: tous les ages, tous les genres se melangent pour repeter dans la bonne humeur, dans des choregraphies souvent magnifiques. Des moments vraiment incroyables: tous les 10 metres, une nouvelle sono crachait a fond les ballons un autre air, sur lequel dansaient avec toujours autant d’enthousiasme les participants. Et, vraiment, toute la population participe: on a ainsi vu des jeunes branches, casquette a l’envers, jeans troues et maillot de foot pratiquer ces danses traditionnelles avec autant d’energie que les autres!

 

 

Au final, ce carnaval fut une fabuleuse orgie pour toute la population et un festival de couleurs pour nous. Le defile durait des heures – on avait meme pitie des danseurs devant executer leurs pas sous un soleil de plomb pendant des kilometres. Si les repetitions se font avec serieux, tous ces groupes n’oublient pas de s’amuser sans se soucier forcement de la perfection de leur prestation. Ainsi, la plupart faisait comme le public: acheter des canettes de bieres aux vendeurs ambulants et danser en buvant. On croisera meme un trompettiste ayant trouve un accroche-canette des plus ingenieux....

 

Ce carnaval nous a montre qu’ici, les fetes populaires existent encore, sans le chi-chi et l’obsession de l’organisation et de la securite des festivals que l’on connait. Et avec une difference sensible: l’entree est gratuite et personne n’est paye pour se produire…

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par alainanthomanuetonio(copainmanue)laetitiamariaaureliefredjeanmarx(copain aurélie)

le 19/09/2009 à 02:30:59

Salut gwendal et Céline, ben voilà, une petite fête entre anciens du n°1 du microcrédit en france, même que baeaudoin prot, dg de bnp s'est donné bonne conscience en versant la moitié de ses stock options au number one... Bref, bonne ambiance; bon, en ce moment, c'est shakira (no comment), bref,c'est maria qui a choisi... en tout cas, bonne ambiance, trop bien de passer une bonne soirée! Alain
encore une fête sans toi ! ma doué c'est pas vrai... des bises shakiraniennes, on essaye de faire danser le droniou et la quenouille, c'est pas gagné... porte toi mieux..bizbiz maria
Wesh gros
Spéciale dédicace en vivo del languet ! Bueno, flaco, pensamos a ti pero deja tu regimen ! Un beso enorme en tus huesos !!
Laetitia et Anto
Salut, Jean-marc, le mec de AURELIE. c'est dommage que t'es pas la sinon tu aurais eu le droit a un Ricard- cacahuettes; rouge et bien sur Roupette maison.....
Salut Gwendal et celine. Bon l'ancien de l'Adie est là ce soir. Je suis super content de Revoir tout le monde (ma femme n'a pas sport ce demain, donc je vais profiter de la soirée jusqu'au bout). On as tous vu LA PHOTO, maintenant arrête d'essayer de me ressembler, moi ça me va mais toi pas du tout. Continuer de profiter de votre periple en espérant que tout aille bien pour Gwendal. Je vous embrasse
A+
Vincent
Hello à vous 2... Gwendal, je te prends quand tu veux au gouren, même pas peur!!! Gros bisous Aurélie


Répondre à ce commentaire

Par alainanthomanuetonio(copainmanue)laetitiamariaaureliefredjeanmarx(copain aurélie)

le 19/09/2009 à 03:38:15

3 H 35, les vieux sont encore là (le D et la Q). On t'indique notre position dans quelques heures!!!!!!!!!!! Jean Pierre Bacri te salut...AD

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]