Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Bolivie
Date du message : 02/09/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 C est la quille, la route reprend!

Donc voila: apres un mois de relations bizarres avec notre “responsable” Jorge, nous avons quitte sa familla et surtout les enfants des quartiers de Santa Cruz qui, chaque jour, nous montraient qu ici, les choses simples comme la lecture avaient encore une valeur. Pouvoir toucher des livres, en choisir quelques uns pour les lire ou pour les plus petits les regarder… Dans tous les quartiers, nous avons vu une lueur dans les yeux des gamins qui avaient une fois dans la semaine le droit a la culture, et qui savaient en etre reconnaissant, en nous aidant systematiquement a ranger le materiel a la fin des seances.

Nous n avons par contre malheureusement vu aucune lueur dans les yeux de notre Jorge, tristement eteint. Une anecdote, une derniere, est revelatrice: la derniere semaine, il nous avait demande de preparer un jeu, qui est devenu pour lui un “concours” avec un prix a gagner. Le fait de classer ces gamins ne nous disaient pas du tout. Mais le pire, c est que systematiquement, il annoncait: “il y a un cadeau exceptionnel pour le Meilleur, 1000 dollars!”. Il voulait blaguer evidemment. Neamnoins, après une telle annonce, il faisait un heureux et le reste de frustres. Ce type, qui n etait pour nous vraiment pas interessant, a en plus cette tare d etre elitiste….

 

 

Pour Gwendal, la sante ne s est pas forcement arrange par la suite. La medecine Bolivienne n a pas su le guerir completement et il a ete de rechute en rechute. Nous sommes donc toujours pendus a cette incertitude: rentrera, rentrera pas? Ses intestins auront peut-etre le dernier mot…

En attendant, la derniere semaine fut assez special car, justement, nous avons raccompagne mos amis Seb, Tudy, Loriane, Nico et Marlyne lors de leurs dernieres heures Boliviennes. Pour eux, c est le travail et le rythme occidental qui reprenait.

Et puis, nous avons egalement accueilli la mere de Gwendal, venu nous accompagner quelques temps. La Reum”, comme on l appellera dans ces lignes, est arrive avec une provision de medicaments et surtout de crepes. Nous avons donc pu faire le delicieux mélange des crepes bretonnes et du Dulce de Leche local. La “confiture de lait” est la specialite d Amerique Latine que nous preferons. On dirait un peu le caramel au beurre sale breton mais en plus doux. Avant de partir, le dulce de leche etait pour nous une chanson du dernier album de Tryo, qui racontait la vie d enfant de Daniel, un des membres du groupe d origine Chilienne et qui avait fui sa terre natale dans les bagages de ses parents lors de l arrivee de Pinochet au pouvoir. Une enfance restee dans la nostalgie du delice de ses premieres annees. Si ca vous interesse:

http://www.tryo.com/site/page/2

On pourrait faire une chanson equivalente avec des expatries bretons recherchant desesperement le beurre sale du pays. Clin d oeil a Guillaume et Zac, nos amis qui nous ont heberge en Colombie et au Mexique et qui nous ont confie leur manque…

 

 

 

La reum a pour sa part pu se rendre compte lors de ses premieres heures en Bolivie que ce que l on racontait sur Jorge n etaient pas des affabulations. Elle a en effet ete invite – tres gentiment, tradition d accueil Bolivienne oblige – chez Jorge et sa famille pendant deux jours, le temps pour nous de terminer notre mission. On gardera a l esprit cette derniere soiree, ou Jorge avait organise un barbecue – karaoke pour… lui. Il restera devant son ecran de tele a chanter avec son micro quand nous debarassions la table, un peu ras la casquette de l entendre chanter. Surement un peu autiste le Jorge. Au vu de la reaction de sa femme et de sa mere pendant la soiree, satisfaits que celui-ci s eclate tout seul, on en a finalement deduit qu il a du avoir un grave accident et que les sequelles persistent. Ingrid, sa femme, a aujourd hui deux enfants a la maison et personne pour l aider. Franchement, elle a bien du merite…

 

 

Durant ce mois, nous avons egalement fait une (autre) rencontre etrange grace au bibliobus. Un jour, nous etions parties dans un pueblito a l exterieur de Santa Cruz, Paurito, dans la campagne. Alors que nous preparions les tables pour l arrivee des enfants, nous entendons une caleche arriver. Etonnes, nous nous retournons et retournons au meme moment 2 siecles en arriere: dans la carriole un couple de blancs blonds, la salopette et la chemise a carreaux pour l homme, une grande robe, un chapeau et des gants aussi blancs que sa peau pour la dame. Stupeur!

Jorge nous explique qu il s agit de mennonites, des personnes d origine allemande venus coloniser le pays il y a deux siecles. Depuis, ils vivent entre eux, en pleine campagne et ne se melangent pas. Pratiquants tres assidus d une forme extreme de catholicisme, la femme ne peut par exemple montrer une seule partie de son corps et, sous cette chaleur, doit etre couverte de la tete aux pieds. La bien-pensance chretienne peut bien critiquer l”islamisme radical”, qu ils nettoient devant leurs portes…

 

 

 

Un week-end, nous avons donc voulu en savoir plus. Nous sommes donc retournes a Paurito, ou nous avons pu negocier avec les “taxis motos” pour nous amener dans une colonie. Le chauffeur, tres a l aise, nous sort d ailleurs: “j ai travaille chez un de leurs chefs, je vais vous y emmener!”. Ca roule alors…

 

Arrives chez le type en question, celui-ci sort tout de suite de sa maison pour voir quel est ce bruit de moto incongru – les Mennonites n utilisent pas d engins a moteur a part le tracteur. Une tripotee d enfants sort a son tour, tous habilles de la meme facon. Ils sont peut-etre huit, avec un an et quelques centimetres de difference. A la fenetre, les femmes de la maison observent sans beaucoup de dicretion derriere le rideau, affubles de leur coiffe. Franchement, ca fait peur. La petite maison dans la prairie, en trash. Le type nous regarde d un drole d air, Gwendal avec son maillot de foot et surtout Celine en debardeur. Quel affront. Evidemment, après nous avoir devisage, il refuse de nous recevoir.

 

Nous nous empressons de quitter les lieux et nous commencons une ballade a travers le temps dans ce décor hallucinant. Nous croiserons une cinquantaine de personnes, en caleche ou a pied. Aucune ne repondra a nos aimables bonjours. Pire, s ils avaient eu des fusils a la place des yeux, nous serions morts 100 fois. Ils vivent entre eux et ne veulent de personne d autre, a part peut-etre de la main d oeuvre lors des recoltes. Car ce people vit de l agriculture et, chose positive, ce ne sont pas eux qui polluent la planete: personne n a l electricite ici, ni de voitures. Surtout, depuis deux siecles qu ils sont ici, ils n ont pas pris la couleur locale: ils sont tous blancs, d un blanc livide, qui fait peur. En ce dimanche, nous ne verrons que des femmes se promener. Pas un truc d hommes, ca… On gardera cette image d un groupe de jeunes filles, avec exactement les memes vetements et la meme coiffe, assises dans la meme posture autour d un arbre.

 

 

 

Ce repli sur eux-memes peut poser de serieux problemes, si vous y ajoutez une culture du non-dit dramatique. Les journaux parlent regulierement de cas de viols dans ces communautes, sans que la police ne puisse intervenir avant longtemps. Ainsi, un type avait viole 60 filles avant de finalement etre arrete.

La Bolivie est decidement un pays aux cultures diverses…

 

PS: Les ordinateurs Latinos nous ont fait quelques miseres depuis le debut... La, il semble qu ils nous aient pique une partie de nos photos... Donc desoles, peu de photos pour cette fois!

 

 

 

 

 

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par LE BRESTOIS

le 04/09/2009 à 17:11:57

Salut à vous.

Juste vous faire un gros coucou en TiZef, et vous dire que nous sommes bien rentré des BALKANS. Un voyage bien différents que l'année dernière en amérique latine, qui fut exeptionnel, trés enrichissant qui donne encore envis de repartir.
Si Gwendal change de catégorie au Gouren je peut etre mes chances de lutter contre lui....Je vais y réfléchir et vais peut etre reprendre du coup cette année et etre pret pour le tounoi du Faouet......
Bonne continuation à vous, trés bon rétablissement à Gwendal.
Je vous envois un mail du taf ( c plus sérieux)
Ce soir c'est NBA avec dav pour notre retour (Nuits Brestoise Alcoolisées)...Vivement votre retour....

Kenavo

J-E ou Jean-Et'( la mere à Gwendal n'étant pas loin.




Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]