Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom Céline et Gwendal
Age 26
But du voyage Tourisme
Date de départ 18/02/2009
    Envoyer un message
Durée du séjour ?
Nationalité France
Description
Départ de Los Angeles, route vers le sud mais prêt à changer d'itinéraire au gré des rencontres
Note: 3,3/5 - 160 vote(s).



Localisation : Mexique
Date du message : 27/03/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 ¡Soñe Guanajuato!

Apres notre stage enrichissant au possible chez Theresa, nous sommes arrives lundi dernier a Guanajuato, une ville aussi belle que son nom est mystique. Pour nous, Guanajuato resonnait dans nos tetes grace a une chanson de feu la Mano Negra, sueño de solentiname. Aujourd hui, c est bien plus que cela.

Entouree de majestueuses montagnes, Guanajuato est une “cuvette”, comme beaucoup de villes d Amerique Latine. Dans cette cuvette, les maisons semblent comme empilees les unes sur les autres, dans un festival de couleurs. Rouges, vertes, jaunes, bleues, oranges, les couleurs des batieses se succedent et se melangent pour le plus grand plaisir des yeux. C est egalement une ville qui a preserve son passe colonial avec une multitude d edifices d epoque majestueux aux quatres coins de la cite. Guanajuato, c est aussi plein de ruelles, ou on n a d autre choix que de s y perdre, avec plaisir. Ces rues si etroites ont sans doute contribue a conserver son authenticite : les gros 4x4 des Americains ne peuvent pas y passer, ce qui les a sans doute decourage de coloniser cette belle ville. La plupart est parti a une centaine de kilometres de la, a San Miguel de Allende. Certains meme ont cree de fausses fermes bio mais on va pas y revenir…

De ces ruelles, la plus celebre est la bien nommee Callejón del beso (ruelle du baiser). 62 cm separent les balcons des deux cotes de la rue, ce qui a engendre une legende locale a la Romeo et Juliette, cette fois entre voisins. Une legende moins romantique mais peut-etre plus realiste pretend que dans cette rue, les voisins n ont pas besoin de descendre en bas pour regler leurs comptes.

En tout cas, on a ete bluffe par la beaute de cette ville, un vrai coup de foudre. On a donc decide d y rester une petite semaine, dans une Auberge de Jeunesse tres sympa. Chaque jour, on a l impression de faire un peu plus partie du decor et de la ville et c est agreable. Ce matin, nous sommes partis escalader les montagnes qui surplombent la ville. D en haut., la vue est fabuleuse. La ville est en miniature et on ne se lasse pas d admirer toutes ses couleurs. Pourquoi pas un jour s installer ici…

 

Dans la ville se trouve un musee de momies. Premiere fois qu on en voyait en vrai et pour nous, c etait assez glauque. Il faut dire que culturellement, les Mexicains ont une autre perception de la mort, qu ils ont su conserver malgre la conversion catholique.

Dans cette exposition morbide, on peut admirer des bebes momifies, le corps d une femme enterree vivante suite a une erreur medicale… Elle est morte en essayant de se debattre… Sur les corps, il reste les cheveux, les poils, les ongles, les dents. On vous laisse admirer les quelques photos.

 

Si Guanajuato est une ville aussi belle, c est qu elle fut l un des piliers de la “conquete” coloniale. Dans les montagnes alentours, les Espagnols avaient trouve de l or et de l argent, pour le plus grand malheur des indigenes vivant aux alentours. La ville a donc ete cree pour le developpement de l industrie miniere naissante. Nous avons pu en visiter une, de mine, desaffectee. Le guide nous a explique les conditions de vie (et de mort) des pauvres indigenes envoyes de force recuperer les minerais qui feront la richesse de pays qu ils ne connaissaient meme pas. Ils devaient remonter sur leur dos des sacs de 70 a 80 kg en empruntant une vulgaire poutre en bois avec des marches grossierement taillees. Si le premier de la file ratait une marche dans la semi-obscurite, c etait le malheur pour ceux qui le suivaient…

Cet esclavage fut l une des principales raisons du genocide des Indiens. Pour epargner cet enfer a leur descendance, certains preferaient tuer leurs enfants avant de se suicider. Des medecins Espagnols etaient venus constater les degats et les denoncer a la Couronne Espagnole. Pour reponse, un decret interdit le travail force… sauf si sa supression engendrait une baisse de la productivite… Evidemment, ce decret restera lettre morte.

Autant que de l exploitation, Guanajuato est un symbole du pillage de l Amerique Latine par l Europe. Tout l or et l argent partiront ravitailler le developpement economique du Vieux Continent, la ville aura a peine des miettes. Tout un symbole: le seul or qui soit reste ici decore l interieur de l Eglise que les catholiques avaient pris soin de construire a cote des mines pour civiliser “ces pauvres indiens sans ame”.

 

A cote de la mine et de l Eglise, logiquement, s etait etabli un des centres de torture de la “Sainte Inquisition”. C est devenu un musee, dont on est sortis horrifies. Des instruments plus cruels les uns que les autres pour punir les indigenes soupconnes de ne pas avoir la foi catholique. Le clerge choisissait ainsi la mort  selon la faute commise. La pire torture etait reservee a ceux soupconnes d homosexualite. Un festival de l horreur inimaginable, d autant plus pour une religion qui s est bati sur un martyr…

Apres avoir vu ca, on a vraiment du mal a comprendre toute cette ferveur catholique de leer descendance. Encore plus incomprehensible: le guide qui nous presente le musee portait autour du cou un Jesús mortifie… Les Eglises Mexicaines ont de beaux jours devant elles…

Ainsi, Guanajuato s est batie sur une Sainte trinite mines – eglises – tortures qui fut l enfer de milliers d Indiens. Derriere la beaute de facade peut se cacher une histoire poignante…

 

PS: au fait, on a revu Sophie et Dinah, les deux wwoofeuses qui etaient aussi chez Theresa. Elles sont parties quatre jours apres nous sans prevenir: le mardi, Theresa est partie et n est plus revenue… Elle leur a quand meme donne du travail avant de partir: faire une tranchee de 30m de long dans sa terre rocailleuse et de nourrir ses betes… Malgre leur gentillesse et leur optimisme a toute epreuve, elles ont fini elles aussi par laisser tomber…

 



Etapes :
Guanajuato

Note: 0/5 - 0 vote(s).

Syndication :

Par la grande cous

le 01/04/2009 à 16:58:35

on ne s'en lasse pas de vos histoires. La carte de mars est arrivé le 31, bravo !

Répondre à ce commentaire

Par BBS

le 13/05/2009 à 13:02:54

excellent! ça ne m'étonne pas que la ville vous ait plu...!
GUANAJUATO QUERIDA!
à l'occasion j'y passerai faire un tour...quand cette foutue psychose délirante à propos d'une soi disante grippe porcine aura fini de faire des émules et qu'on fichera enfin la paix à ces mexicains. Bordel! ;-)


Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire







[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
Céline et Gwendal ]